Pourquoi suis-je toujours passionné à propos de la médecine ?

J’ai un fort désire et une curiosité d’apprendre sur les êtres humains. La vie m’a donné l’opportunité d’étudier et de pratiquer la médecine. Mes patients son ma principale source d’inspiration. Grâce à mes patients j’en apprends tous les jours. Très tôt dans ma carrière, j’ai eu l’opportunité d’aller en Afrique pour aider les gens. C’est devenu une expérience qui change la vie. Enceinte à ce moment-là, Eva, femme courageuse et mère, fit un énorme sacrifice, de venir en Afrique avec moi. Je lui en serais toujours reconnaissant. J’ai appris les impacts culturels et économiques en médecine et dans la vie en général. Et encore plus important, j’ai appris à propos de la vitalité. La vitalité est un aspect pratiquement jamais enseigné durant la totalité de ma formation médicale, pourtant un aspect crucial en médecine. Pas de guérison sans vitalité !
Mon plus grand plaisir et de voir les personnes s’améliorer, avoir une meilleure qualité de vie, mener une vie constructive, etc. Les visions deviennent vraies et la mienne est d’aider à faire que le monde soit un meilleur endroit. Comprendre la nature humaine et seulement possible en regardant la vie humaine depuis une perspective systémique. Le réductionnisme, perspective cartésienne en médecine, permet d’avoir une vue d’ensemble de la situation d’un patient. Toutefois, cela ne révèle pas les capacités individuelles de guérison, ni ne donne aucune idée à propos de la dynamique de guérison des patients.
Nous sommes 7,47 milliards d’individus sur notre planète et tout le monde est différent. N’est-ce pas incroyable ? Chacun de ces 7,47 milliards de personne a un rythme cardiaque légèrement différent, leur métabolisme est différent, leurs sentiments et pensées sont différents. Chacun de ces êtres humains a un potentiel spirituel sans fin et est connecté à une source à l’intérieur d’eux-mêmes, que nous ne comprenons pratiquement pas avec notre cerveau. La seule façon d’en apprendre à ce sujet est d’en faire l’expérience. Souvent, je demande à mes patients : « Êtes-vous prêts à expérimenter, où préférez-vous résister ? ». Nous pouvons poser la même question en tant que société : « Sommes-nous prêts à changer en tant que société, où continuons-nous à résister jusqu’à ce que la nature nous montre que nous devons changer ? ».
Mon travail avec les gens ainsi que mon expérience personnelle m’ont appris que la guérison existe et que nous pouvons étudier le phénomène de guérison si nous approchons la vie avec une perspective systémique. Alors, à un certain point de ma carrière j’ai senti que je devais devenir un expert en sensations humaines, comportements et contextes de la vie humaine. J’ai stoppé de me limiter juste pour faire des diagnostics et des prescriptions. J’ai appris à fermer mon esprit et à porter plus d’attention. Comme je l’ai dit ci-dessus, mon attitude est d’apprendre le plus possible à propos des gens quand je fais des consultations. Chacun de nous est un véritable miracle. A un certain point, j’ai réalisé que je devais changer et évoluer moi-même pour faire des progrès dans l’accès aux autres. La communication verbale a toujours été facile pour moi, mais je voulais apprendre à résonner profondément avec mes patients. Il y a 2 ans, j’ai commencé à porter plus d’attention au travail du corps de mes patients autant que mon propre corps. Graduellement, ils émergèrent une nouvelle qualité en moi que je résumerai comme suit : Je peux imiter les patients et juste en essayant de parler et de me comporter comme eux, j’ai résonné profondément avec leurs expériences et leurs perceptions. Un lien invisible commença à nous connecter. Parfois les personnes me parlent de sensations, pensées et expériences qu’elles ont eues il y a 60-70 ans. N’est-ce pas incroyable que certaines émotions et model de pensées restent à l’intérieur de nous le temps d’une vie, dominant les processus de décision dans chaque aspect de leurs vies et impactant même nos voisins ? La résonance peut être accomplie à travers l’empathie et je suis profondément convaincu que l’empathie est une qualité clé de l’être humain qui nous permets de nous connecter les uns aux autres. La technologie moderne (comme les médias sociaux) risque d’affaiblir cette incroyable propriété humaine.